Comment quitter son boulot pour se mettre à son compte ?

Vous en avez marre de votre boulot et vous voulez devenir votre propre patron ? C’est le rêve de bon nombre d’employés qui n’osent pas toujours aller jusqu’au bout. Pourtant les succès story ne se comptent plus, c’est peut-être pour vous le moment d’aller conquérir votre liberté et réaliser votre rêve d’entrepreneur !

Quand quitter son emploi ?

Avant de tout plaquer, prenez le temps d’étudier votre idée pour vous assurer que le projet est faisable et viable, un plan d’affaires est donc à favoriser. Il est aussi possible d’en parler à quelqu’un que vous connaissez et à des personnes qui exercent dans le marché ciblé afin de conforter vos hypothèses.

En plus, il faut que vous vérifiez que vous avez suffisamment de moyens financiers pour créer et soutenir le développement de votre activité pendant au moins une année sans revenus, étant donné qu’en règle générale, vous ne pourrez pas toucher un salaire de votre entreprise la première année.

Ainsi, vous pouvez notamment :

  • Economiser de l’argent pour financer une année de fonctionnement.
  • Quitter votre poste actuel en rupture conventionnelle afin de percevoir des indemnités pendant 15 mois.
  • Retourner vivre chez des parents afin de réduire vos charges financières, ce qui vous permettra de tenir plus longtemps.

Il faut que vous gardiez à l’esprit que vous risquez de ne pas faire suffisamment de chiffres d’affaires pour vous verser un salaire au cours de cette période d’un an.

Comment partir ?

  • La Rupture Conventionnelle

Il s’agit d’un accord d’arrêt du contrat de travail passé entre les deux parties. Il permet au salarié de toucher des allocations chômage, l’employeur devra vous verser au moins les indemnités de licenciement mais devra également vous accorder vos congés payés non pris. En plus, vous avez l’option de réclamer des mois de salaire par un accord transactionnel.

  • Le licenciement

Il faut noter que le licenciement, quelle qu’en soit la forme, vous permet de toucher des allocations chômage ! Cela n’impacte sur pas les droits au chômage dont vous pourrez bénéficier. Contrairement à une idée reçue, peu importe la cause de votre licenciement, vous avez droit à des allocations, même pour « faute grave ».

  • Le congé pour création d’entreprise

Cette option permet au salarié de profiter d’un congé afin de construire son projet. Entretemps celui-ci reste salarié de l’entreprise et peut reprendre son poste si l’expérience n’est pas concluant. Ce congé a une durée maximum de 12 mois, et peut être renouvelé une fois.