Comment renvoyer un employé avec tact ?

Pour un manager, annoncer à un salarié qu’il est renvoyé demande du tact ainsi qu’un juste équilibre entre humanité et fermeté. Il faut savoir procéder intelligemment afin que l’exercice ne vire pas au drame.

 

Comment renvoyer un employé avec tact

Maîtriser ses états d’âme

Entre remords et culpabilité, certains managers peuvent avoir des difficultés à assumer le renvoi d’un collaborateur. Les effets de la décision sur l’employé et son avenir, mais également sur sa famille, peuvent causer de vrais cas de conscience, on peut être tenté par des circonvolutions d’enrober la vérité, afin d’éviter d’endosser l’habit de l’employeur cassant et brutal. Une saine réaction, propre à tous les genres de licenciement. Cela ne doit toutefois pas aller trop loin, le responsable doit vraiment éviter de tomber dans l’affectif. Un contrat de travail n’est pas destiné à être éternel. Il est préférable de s’en rappeler. Il ne faut pas dramatiser le licenciement tout en gardant à l’esprit sa responsabilité, se rappeler que cela fait partie des aléas du monde du travail peut aider à la décision.

 

Décidez-vous rapidement

En général, la séparation tourne au vinaigre vu que vous avez laissé pourrir les choses ou parce que vous pensiez que les choses s’arrangeraient (que ce soit un problème de comportement, de mauvaises performances ou même de santé de l’entreprise d’un point de vue financier). Il est préférable de prendre une décision trop tôt que trop tard. En prenant les devants, vous le faites pour l’intérêt de l’entreprise.

 

Soyez factuel

Plusieurs situations peuvent amener à la séparation : les mésententes, les résultats qui ne sont pas a rendez-vous, le job évolue puis la personne ne peut pas être performante (ce qui justifie les mauvais résultats), l’entreprise a du mal à s’en sortir. Dans tous les cas, il faut ressortir des faits ainsi que des enchaînements logiques, éviter de tomber dans les propos non rationnels, du style « untel a dit que », « il me semble que », … Des dates, des chiffres,  des points « froids » qu’il est impossible d’interpréter différemment.

 

Soyez bref

Il n’est pas nécessaire d’avoir un entretien de 2 heures avec la personne, cela peut se faire en quelques minutes. Si possible un vendredi, la personne pourra quitter au plus tôt ensuite l’entreprise. Cela peut paraître dur, toutefois c’est vraiment préférable pour tout le monde, surtout s’il s’agit d’une petite structure. Cela permet d’éviter les drames et permet au personnel de se concentrer sur le travail plus rapidement.